Les Soulbound tokens: la pièce manquante du web3 ?

Depuis plusieurs mois, tous les événements du web3 évoquent les soulbound tokens qui seraient une des grandes nouveautés de l’année. En effet, le créateur d’Ethereum ne s’est pas contenté de mettre au point la mise à jour The Merge pendant ces derniers mois. Au début de l’année 2022, Vitalik Buterin sort un article évoquant une troisième sorte de tokens à côté des cryptomonnaies “classiques”, les soulbound tokens. Loin d’être une nouveauté de plus, ces jetons d’âme font sortir l’écosystème blockchain de l’impersonnalité des wallets. Nous entrons dans l’ère de la gestion des identités numériques. Est-ce un pas essentiel vers la régulation et la mass adoption ou la fin de l’esprit initial des cryptomonnaies ? Avec le passage d’Ethereum au Proof of Stake et l’annonce des Soulbound Tokens, Vitalik enterre-t-il définitivement l’héritage de Satoshi ?

Les soulbound tokens: définitions et enjeux

L’arrivée des soulbound tokens en mai 2022 dans l’écosystème blockchain a fait l’effet d’une bombe dans un marché plus que morose. Alors que le nom de Vitalik Buterin évoquait seulement la mise à jour The Merge et son éternel retard, cette nouvelle narrative est en fait une référence au jeu World of Warcraft. Dans ce jeu, les Soulbound Tokens sont des items non transférables qu’on peut simplement obtenir en réalisant certaines quêtes. De plus, plusieurs discussions au sein de la communauté mentionnent déjà l’idée de to

Afin de concrétiser cet effet d’annonce, Vitalik Buterin a publié en mai 2022 le whitepaper des Soulbound Tokens “Decentralized Society: Finding Web3’s Soul” avec l’économiste Glen Weyl et l’avocate Puja Ohlhaver. Ce texte indique les contours de ces nouveaux tokens, les problèmes qu’ils posent et leurs potentialités. Nous entrons dans l’ère du management des identités numériques.

Pour comprendre leurs enjeux et leurs applications, il faut revenir à leur caractéristique. Dans l’écosystème blockchain, il existe deux sortes de cryptomonnaies, de tokens: les tokens fongibles et les tokens non fongibles. Les tokens fongibles sont des tokens remplaçables. L’Ethereum (ETH), le Cake (CAKE) par exemple sont des tokens fongibles car un Ethereum peut être remplacé par n’importe quel Ethereum. Au contraire, il existe des tokens non-fongibles et donc uniques: les NFT (Non-Fungible Token). Ils ont pris une importance importante depuis deux ans et ont de multiples usages. Ils ont soit une valeur de collectibles (c’est le cas des Crypo-punks), soit d’items dans les jeux vidéo, soit de droit d’entrée dans certaines communautés ou certains événements.

Tout en faisant partie des NFT, les soukbounds tokens ne peuvent être transférés. Ils ne peuvent donc pas non plus être achetés. En fait, nous en sommes en quelque sorte les créateurs puisque ces tokens vont refléter notre activité sur le réseau. Nous pouvons avoir de multiples soulbound tokens (SBT) puisque les différents protocoles peuvent choisir quelles traces vont être utilisées pour leur création. Il faut donc comprendre que les soulbound tokens ne renforcent pas le suivi des utilisateurs sur les blockchains mais ne font qu’utiliser et synthétiser le caractère public de toute interaction avec une blockchain.

Pour comprendre leurs enjeux et leurs applications, il faut revenir à leur caractéristique. Dans l’écosystème blockchain, il existe deux sortes de cryptomonnaies, de tokens: les tokens fongibles et les tokens non fongibles. Les tokens fongibles sont des tokens remplaçables. L’Ethereum (ETH), le Cake (CAKE) par exemple sont des tokens fongibles car un Ethereum peut être remplacé par n’importe quel Ethereum. Au contraire, il existe des tokens non-fongibles et donc uniques: les NFT (Non-Fungible Token). Ils ont pris une importance importante depuis deux ans et ont de multiples usages. Ils ont soit une valeur de collectibles (c’est le cas des Crypo-punks), soit d’items dans les jeux vidéo, soit de droit d’entrée dans certaines communautés ou certains événements.

Tout en faisant partie des NFT, les soukbounds tokens ne peuvent être transférés. Ils ne peuvent donc pas non plus être achetés. En fait, nous en sommes en quelque sorte les créateurs puisque ces tokens vont refléter notre activité sur le réseau. Nous pouvons avoir de multiples soulbound tokens (SBT) puisque les différents protocoles peuvent choisir quelles traces vont être utilisées pour leur création. Il faut donc comprendre que les soulbound tokens ne renforcent pas le suivi des utilisateurs sur les blockchains mais ne font qu’utiliser et synthétiser le caractère public de toute interaction avec une blockchain.

Les soulbound tokens sont-ils les profils utilisateurs du web3 ?

Les soulbound tokens ne sont en fait que l’intégration dans la technologie blockchain de l’identité numérique que nous construisons depuis notre immersion dans le web2 et les réseaux sociaux. L’usage de Facebook, Twitter ou Instagram laisse continuellement un certain nombre de traces utilisées par ces réseaux sociaux pour les monétiser et optimiser la publicité. Fidèles à l’esprit du web3, les soulbound tokens nous permettent de redevenir propriétaires de cette identité numérique qui fera de nous des membres de cette nouvelle “société décentralisée” (selon les mots de ce whitepaper) qui va peu à peu se construire. Contrairement, aux traces laissés sur les réseaux sociaux du web2, les soulbound tokens sont décentralisés et composables. Aucune entreprise ne possède ces données et un protocole peut construire le soulbound tokens dont il a besoin en recueillant telle ou telle donnée de notre activité sur la blockchain. Même s’il a pu paraître irréaliste pour certains, l’annonce de Vitalik Buterin a très vite était suivi de projets concrets d’utilisation. Ces derniers sont essentiels pour comprendre les cas d’application possibles des SBT et pour évaluer leur prochain rôle dans l’écosystème blockchain.

Les grandes étapes des SBT

Malgré un marché plus que morose, l’émergence de ces jetons d’âme a créé un élan créateur qui s’est propagé à tout l’écosystème blockchain. Le besoin de régulation ou de personnalisation des profils utilisateurs dans le web3 a tout de suite vu les potentialités des soulbound tokens. Destinés à de multiples usages, ces Soulbound tokens permettront de sortir des limites du web3 actuel. 

  • Mai 2022: le whitepaper des soulbound tokens

Le mois de mai 2022 est un tournant à plus d’un titre. Tous les investisseurs se souviennent de la chute de l’UST de Terra qui a perdu sa parité au dollar et de la chute du Luna puis de l’ensemble du marché des cryptomonnaies. Cette perte a été d’autant plus dramatique que beaucoup d’investisseurs pensaient faire preuve de prudence en misant sur un stablecoin. Mais on a trop vite oublié que le whitepaper des soulbound tokens a vu le jour au même moment. Ce texte est beaucoup trop dense pour être résumé. Mais on peut déjà noter les points sur lesquels ces trois auteurs insistent et qui sont pour eux les apports principaux des soulbound tokens.

Ces SBT permettent de réintroduire la notion de confiance et de réputation dans l’écosystème blockchain puisqu’ils donnent un passé à nos wallets. Ils peuvent donc être utilisés dans la finance décentralisée (par exemple pour définir notre passé d’emprunteurs dans les protocoles de lending) ou dans les DAO. De plus, ces SBT nous redonnent une maîtrise de notre identité numérique, ils peuvent donc servir de confirmation de notre identité sans nous contraindre à dévoiler publiquement certaines informations. Ils sont en quelque sorte les coffre-forts de notre passé cryptographique. 

  • Juin 2022: les Shell NFT de Phala World

De manière inattendue, la première application des SBT est arrivée par le monde du gaming et des métavers. Grâce à Litentry, un projet de gestion d’identité décentralisée, le métavers Phala World a proposé à sa communauté les Spirit NFT. Les avatars des joueurs seront ainsi composés de deux NFT : les Spirit NFT qui définissent les compétences de l’avatar et les Shell NFT pour son apparence. Les Spirit NFT prennent la forme de SBT. Litentry récupère l’activité de l’utilisateur sur le réseau Phala Network ainsi que sur leurs réseaux sociaux (Twitter, Discord, Github pour les développeurs…) afin de définir les quatre compétences de l’avatar (dextérité, volonté, intelligence et force). Phala World inaugure ainsi une nouvelle ère du gaming avec ces Shell NFT dopés aux soulbound tokens.

  • Fin du KYC classique: Binance annonce en août 2022 le lancement des Binance Account Bound

Annoncé en août, le Binance Account Bound (BAB) est devenu une réalité le 08 septembre. Il a fallu peu de temps à Chanpeng Zhao et son équipe pour s’imposer dans le nouveau terrain d’applications des soulbound tokens. Ces BAB pourront être obtenus par ceux qui ont effectué la vérification KYC (Know Your Customer) afin de pouvoir montrer ce BAB aux protocoles de la BNB Chain sans avoir à refaire cette vérification. Les utilisateurs resteront maîtres de ce token puisqu’ils pourront le révoquer à tout moment. Ce token permettra de garantir l’identité des investisseurs dans la finance décentralisée. Ce nouvel outil a été autant remarqué que critiqué dès les premiers jours. En introduisant la norme KYC dans la DeFi, Binance prend à nouveau tout le monde de court. Binance ne risque pas grand chose dans ce pari. L’année dernière, la plateforme s’était essayée quelques semaines à la tokenisation des actions avant d’être contrainte de reculer pour ne pas subir de sanctions de la part des régulateurs. Si ces tokens-KYC s’imposent, Binance en sortira grandi. Dans le cas contraire, la première plateforme d’échange du marché passera comme d’habitude à autre chose.

Du monde professionnel au gaming, les soulbound tokens s’imposent dans le web3

Comme on peut le constater, les soulbound tokens tiennent leur force de l’imprécision de leurs limites et donc de leurs champs d’application. Gaming, DeFi ou Corporate, tous les domaines peuvent y puiser des usages. Pour un joueur professionnel, les SBT pourront certifier de ses victoires. Pour un utilisateur de protocole de prêt, son profil dans la DeFi lui permettra d’avoir des intérêts moins élevés que d’autres. En fait, ses nouveaux tokens changent autant le paradigme de l’écosystème blockchain que l’ont fait les NFT. 

Depuis l’invention du Bitcoin, nous étions habitués aux tokens fungibles et donc interchangeables. Les tokens fungibles sont ainsi comparables à des moyens de paiement “classiques”. Au contraire, les NFT sont par définition uniques, ils sont non fungibles. Ils ont permis d’élargir le champ d’application des blockchains puisqu’on peut leur donner des caractéristiques différentes et les retrouver sur la blockchain. Que ce soit dans le domaine de l’art numérique, du gaming, des métavers ou même du ticketing, les entreprises y voient de plus en plus un outil fiable pour renforcer l’expérience utilisateur et l’expérience client.

Les soulbound tokens ouvrent de nouvelles perspectives. Ils permettent de mettre en jeu le passif d’un utilisateur sur une blockchain, sa manière d’interagir avec les protocoles. Comme l’a mentionné Vitalik, ils sont l’identité des utilisateurs dans cette nouvelle société décentralisée. On peut s’attendre à ce que leurs usages se développent dans les métavers puisqu’ils permettront de donner une “profondeur” à nos avatars. Ils seront enfin une vraie expression de notre activité, si ce n’est de notre personnalité, et non plus une simple coquille numérique comme on peut le voir actuellement.

MetisDAO et le système de réputation Matrix

Malgré sa difficulté à s’imposer parmi les layers 2, MetisDAO a été un des premiers réseaux à anticiper les perspectives ouvertes par les soulbound tokens. Au même moment où Vitalik Buterin délivre le whitepaper des SBT, MetisDAO ouvre le chantier des compagnies décentralisées, les DAC (Decentralized Autonomous Company) qui doivent être un élargissement des actuelles DAO, et du programme Power Reputation. Il n’est pas anodin que Natalia Ameline, la mère de Vitalik Buterin, participe à ce projet accompagnant les entreprises dans leur transition vers le web3. Le but est de fournir aux entreprises le maximum d’outils pour qu’elles puissent implémenter toutes leurs activités sur la technologie blockchain sans avoir besoin d’avoir des développeurs attitrés.

Parallèlement à cet accompagnement, le Power Reputation annoncé au printemps 2022, sans utiliser dès maintenant les soulbound tokens, permettra aux utilisateurs de la plateforme Matrix d’avoir un tableau de bord qui synthétisera leurs activités dans les différentes applications, celles-ci pouvant aussi distribuer des badges sous forme de NFT pouvant certifier de leur fidélité ou compétence. Ce tableau de bord sera ensuite transformé en SBT une fois que cette technologie sera complètement intégrée au réseau.

Cette perspective fait de MetisDAO un layer 2 différent de Optimism et Arbitrum qui sont technologiquement très propres. Si ces deux derniers ont un écosystème beaucoup plus développé, ils sont surtout orientés sur la DeFi ou le gaming et sont moins ouverts au monde corporate. 

Soulbound Tokens et confidentialité

Nous sommes maintenant à la croisée d’un chemin, d’un côté certains projets veulent renforcer la confidentialité. Mais depuis l’interdiction par les États-Unis du protocole Tornado Cash, utilisé par beaucoup de hackers, les projets proposant la confidentialité sont de plus en plus rejetés. Dernièrement, la plateforme d’échange Huobi a délisté les cryptomonnaies Monera et Dash justement à cause de la confidentialité qu’elles rendent possibles.

Les soulbounds tokens semblent donc correspondre à une tendance plus générale. La pression des régulateurs et des États va rendre difficile de continuer ce règne du pseudonymat. Mais les soulbound tokens ne seront nécessairement ceux conçus par Binance et qui sont liés à une centralisation des données. On peut espérer que les projets décentralisés continuent à se développer et permettent aux utilisateurs de prouver si besoin leur identité ou leur compétence en restant maître de leurs données confidentielles. Sans ce souci de décentralisation, les soulbound tokens pourraient se transformer en fossoyeurs du web3. 

Faut-il avoir peur des soulbound tokens ? Même si aucune réponse claire ne s’impose pour le moment, il faut en tout cas éviter de diaboliser ce terme. En un sens, les soulbound tokens ne font qu’utiliser les traces que nous laissions déjà sur les blockchains pour les synthétiser et en faire une carte d’identité numérique. Cela peut évidemment devenir un nouvel outil de surveillance. Mais cela peut aussi renforcer l’expérience client du web3 et l’expérience utilisateur dans le gaming et les métavers. Dans tous les cas, ce nouveau jouet proposé par Vitalik Buterin devrait s’imposer de plus en plus dans l’écosystème blockchain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s