[Entretien] Laury Guintrand: Quand les NFT transforment l’art digital … en art.

L’ampleur qu’a pris le marché des NFT a fait oublier que l’art digital existait bien avant et certains réseaux sociaux comme Instagram ont été un de leurs lieux d’expression. Cependant, sans qu’on s’en rende compte, les NFT ont introduit un changement de paradigme puisque l’apparition des NFT a rendu possible l’apparition d’un marché de l’art digital. Le parcours de Laury Guintrand symbolise ce changement. Travaillant depuis plusieurs années avec de grands studios (Marvel Studios, Netflix) tout en développant une œuvre personnelle à la fois baroque et futuriste, à la tonalité toujours crépusculaire, Laury Guintrand a fait son apparition dans le monde des NFT avec sa collaboration avec Oxyaverse. C’est maintenant le moment du grand plongeon pour Laury Guintrand puisqu’elle se lance avec Ruggero Tamasino dans son premier projet personnel, Digital Art Odyssey

Je commence par le début.  Qu’est ce qui t’ a amené à t’intéresser aux NFT ?

En fait, avant les NFT le digital art n’était pas vraiment reconnu comme un art. On considérait qu’on faisait mumuse avec un ordi, ce n’était pas considéré comme sérieux car on ne pouvait pas vendre son œuvre. Avec le lancement des NT, on a une sorte de tampon qui authentifie que cela vient de l’artiste, c’est considéré comme étant de l’art. Les NFT ont donc permis à des artistes comme moi d’arriver sur le marché de l’art, avant cela on ne pouvait être rémunéré qu’en travaillant par exemple pour des films.

De plus, cela permet aussi d’avoir une plus grande visibilité. Avant, les artistes digitaux n’étaient pas exposés dans les musées. Maintenant il y a un musée sur les NFT qui vient d’ouvrir à Seattle. Cela ouvre beaucoup de possibilités à la fois pour les artistes mais aussi pour le public, car il peut découvrir un art qui n’est pas nouveau mais qui rentre plus dans les mœurs.

Est ce que tu suis certaines collections de NFT , est ce que tu en as ?

Oui, mais j’essaie d’acheter des petits projets plus que des gros. Je vais les acheter pour sa dimension artistique. Je l’achète parce qu’il me plait. Je sais que c’est un peu à contre-courant de la tendance actuelle car on met souvent en avant le fait que les collections de NFT doivent avoir une utilité. Pour ma part je reste attaché à la valeur artistique et cela me plait d’aider des petits projets.

Ta première collaboration, ou grande collaboration, dans le monde des NFT a été avec Oxyaverse ? Comment cette collaboration s’est-elle mise en place ? Est ce que tu travailles toujours pour ce projet ?

Il y a déjà beaucoup d’autres collaborations avec des projets de NFT mais c’est devenu une relation ambivalente d’amour/haine. Quand j’ai commencé dans les NFT j’ai bossé avec pas mal de start-up. A chaque fois, je bossais beaucoup, on me disait que je serai payé quand le mint arrivera mais cela n’est jamais arrivé. Cela s’est reproduit 3 fois. Suite à ça j’avais complètement arrêté. J’avais l’impression de perdre mon temps.

C’est après que j’ai été contacté par les gens d’oxya. Mais c’est un gros projet et donc cela m’a paru tout de suite beaucoup plus sérieux. Oxya est donc le premier projet NFT avec qui j’ai travaillé qui est sorti.

l’équipe d’Oxya m’a contacté et ils m’ont dit tout simplement:” On aime beaucoup ce que tu fais, est-ce que tu voudrais bosser avec nous ?”. Je reçois beaucoup de demandes de ce genre mais je ne sais pas pourquoi mais leur message m’a tout de suite interpellé. Leur univers m’a bien plu, il y avait l’air d’y avoir une histoire derrière.

Le scénario était déjà fait, j’étais chargé du développement des neufs personnages principaux, des personnages de chaque univers. Et même s’ils avaient des idées précises j’étais assez libre. Pour l’instant, c’est la seule collaboration que j’ai faite avec eux; de leur côté maintenant ils sont en train d’élaborer le jeu.

Parlons maintenant de Digital Art Odyssey. Pour l’instant, le projet est encore mystérieux. Peux-tu nous en dire plus ?

Après Oxya, j’ai décidé d’aller vers une collection plus personnelle. Je collabore sur ce projet avec Ruggero Tomasino. On va dessiner chaque NFT à la main et du coup faire une collection beaucoup plus petite que celles qui sont les plus répandues. Ces autres collections arrivent à faire 6000,8000,10000 pièces car c’est c’est automatisé. On s’est forcé à ne pas faire cela. Notre projet est même un peu une réaction à ces collections. Nous on a décidé de faire 624 images à la main. Une image peut quelquefois prendre des heures. Digital Art Odyssey, c’est avant tout deux personnes qui décident de faire une collection de NFT basée sur l’art. Après il y aura une utilité, mais dans un second temps. On veut d’abord qu’il y ait un intérêt artistique.

Pour l’instant, on montre très peu de choses, on développe la collection, on cherche des partenaires. On n’est pas comme Oxya qui était une vraie équipe avec des investisseurs. Nous on va déjà essayer de créer une petite communauté qui aime ce qu’on va commencer à montrer. Et après on va préciser quelles utilités ils auront. On a conscience qu’on fait l’inverse de ce qui se fait d’habitude. On teste. On a commencé par créer un Instagram et un Twitter juste pour dire qu’on existe. D’habitude, il y a deux mois de promo de malades sans trop voir la collection pour créer une hype. Nous, on va essayer de montrer le plus de NFT possibles pour que ceux qui nous suivent soient ceux qui apprécient la collection. Mais le mint aura lieu plus de 6 mois après. En fait, on ne veut pas être connu trop vite pour ne pas avoir à bouger la date du mint. On veut que tout soit parfait avant. On ouvrira le discord sans doute vers la fin de l’année et ensuite en janvier commencera tout ce qui est whitelist, etc… avant le mint.

Le nom des personnages permettra d’avoir des indications sur son rôle mais c’est quelque chose dont on n’a pas encore parlé et après on va faire des goodies autour d’eux. C’est donc difficile d’en parler car chaque détail pourra déjà suggérer la suite.

Pourquoi avoir utilisé le sigle DAO pour le nom de votre projet Digital Art Odyssey ? 

En fait on cherchait un nom et DAO on trouvait que ça sonnait bien et c’est uniquement dans un second temps qu’on a pris conscience que DAO avait  déjà une signification dans le web3. Quelque part, on est content de cette coïncidence. On veut que ça soit un projet construit autour de la communauté et donc c’est une belle coïncidence.

Tes précédentes réponses indiquent que ta relation avec ton public a changé depuis que tu travailles dans le domaine des NFT ?

Oui. On est beaucoup plus proche de sa communauté. Je m’en étais déjà rendu compte avant sur Instagram. Mais dans les NFT les gens sont plus ouverts, ils se posent plus de question vu que potentiellement ils peuvent les acheter. Mais du coup il y a aussi plus de partage. Cela a beaucoup changé depuis l’arrivée des NFT. 

Sur le long terme, souhaiterais-tu travailler uniquement dans le domaine des NFT ?

Oui. Je continue toujours à bosser pour des films car c’est mon travail et il faut bien vivre. Mais sur le long terme j’aimerai m’orienter vers les NFT car c’est vraiment la liberté, c’est toi qui choisis ton thème, ce n’est quelqu’un qui dit ce qu’il veut. Pourtant j’adore mon job, mais c’est différent. Les NFT pourraient apporter une vraie liberté.

Une réflexion sur “[Entretien] Laury Guintrand: Quand les NFT transforment l’art digital … en art.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s